Fil d'actualités

Des crimes de haine si «banals»

La vidéo virale du lynchage d'une ado trans dans le nord-est du Brésil relance le débat sur l'invisibilité des crimes de haine dans ce pays, où un·e LGBT décède de mort violente toutes les 25 heures. La vidéo est insoutenable: une...


Lire la suite

Des droits pour les mariés de même sexe, même en Roumanie

Le Etats de l'UE qui ne reconnaissent pas les couples homosexuels ne doivent pas les empêcher de vivre ensemble: c'est ce qu'il ressort d'un avis rendu cette semaine par la Cour de justice de l'Union. Les pays de l’Union européenne qui...


Lire la suite

Lesbiennes en proie à une violence invisible

Un rapport de HRW lève le voile sur la situation des homosexuelles ghanéennes, dont les persécutions échappent trop souvent au radar des défenseurs des droits humains, dans le cadre familial. Dénonciations arbitraires, raids policiers lors de soi-disant «mariages gay» ou passages...


Lire la suite
012

Des marins pêcheurs de l’île d’Oléron ont sorti un calendrier 100% naturel. Face à la demande, ils viennent d’en rééditer 1.000 exemplaires.

C’est la période des calendriers. Après les pompiers, les rameurs et Baptiste Giabiconi, voici venu le temps des marins pêcheurs. Et pas n’importe lesquels, ceux du port de la Cotinière sur la fameuse île d’Oléron. « Tout est parti d’un pari » nous raconte Dylan, 18 ans, qui a participé au calendrier. Et d’ajouter : « Les marins de Trouville en font un et les pompiers de Concarneau aussi, alors on s’est dit pourquoi pas nous ».

Ce calendrier ne se prend pas au sérieux et c’est tant mieux : le résultat est 100% naturel, comme le fruit de leur pêche. Néanmoins, cette initiative est pour la bonne cause puisque les bénéfices du calendrier seront en partie reversés à l’association des « Péris en mer » ainsi qu’au comité des fêtes de cette petite ville portuaire et insulaire. C’est pour cette raison que les habitants et les commerçants sont tous solidaires de ce calendrier qui est « bon pour le port et le tourisme », nous confie Dylan. Et d’ajouter : « Ils ont pris ça avec beaucoup d’humour même si certains ont pu être étonnés au début ».
 
 
A la question de savoir s’il n’était pas gênant de se retrouver nu sur son bateau en train de se faire photographier par le club de photos local, Dylan répond sans ambages :
 
"Au début j’étais un peu mal à l’aise mais c’est vite passé. On a fait plusieurs séances d’une heure environ étalées sur 1 mois."
 
 
Quand on lui demande s’il souhaite réitérer l’expérience, Dylan confirme que les marins pêcheurs pensent déjà à l’année prochaine. Surtout que tous les volontaires n’ont pas tous pu participer à cette première édition. Une importante demande de la part des marins mais également de la part du public. Les 1.000 premiers exemplaires se sont vendus comme des petites soles un jour de marché. De fait, 1.000 nouveaux calendriers ont été édités. Dépêchez-vous, il n’y en aura pas pour tous le monde !